MÉTÉO

CONCLUSION

       5.1) QUANT AUX HEURES FAVORABLES.

   A mon avis, l'heure favorable est, tous les jours, décalée d'environ une heure par rapport à la veille.

    Si, aujourd'hui, vous réussissez à 5 heures, demain ce sera à 6 heures, après-demain à 7 heures.

    Prétendre donc que l'aube et le crépuscule sont des moments régulièrement bénis est absolument faux. Ils ne sont vraiment fameux, ces moments-là, que lorsque le moment excellent de la marée, se décalant de jour en jour, coïncide spécialement soit avec l'aube, soit avec le crépuscule. Et alors, je le reconnais, réussites exceptionnelles.

    N'empêche qu'un bon pêcheur de Bars doit emplir sa musette tous les jours, régulièrement, s'il a la sagesse de noter les heures fameuses de la veille afin de déterminer avec une précision suffisante celle du jour à suivre. A moins que des facteurs impondérables n'interviennent et alors j'avoue mon impuissance en la matière, tout comme les autres pêcheurs d'ailleurs.

    A retenir donc: Le Bar, en période d'activité majeure, peut attaquer à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit.

    Pêcheurs de Bars, ne vous cantonnez donc plus dans les parties de pêche précises du petit jour ou de la tombée de la nuit. En agissant ainsi, vous perdrez les trois quarts de vos vacances au bord de la mer.

 

       5.2) QUANT AUX PÉRIODES FAVORABLES.

    Je ne suis point du tout d'accord avec les conclusions des pêcheurs de l'Atlantique. Et pour arriver à me faire une opinion personnelle sur cette question j'ai réuni les bons résultats par moi obtenus dans la journée (par bons, j'entends de 5 kg à 40 kg) en un graphique établi en fonction des périodes lunaires.

Nlle LUNE

1er QUARTIER PLEINE LUNE Dier QUARTIER
J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7 J1 J2 J3 J4 J5 J6 J7
4 7 2 2 3 2 2 4 2 1 2 2 1 1 1 1 5 8 3 1 1 5 4 4 6 5 5 4

 

 

   Ce graphique résume donc mes meilleures parties de pêche étalées sur huit années, 1946-1953, et porte sur plus d'une tonne de beaux poissons méditerranéens: Bars, dentis, daurades, surs, oblades, mulets, bonites, liches, sérioles, brochets, serres, araignées et marbrés pris soit au moyen d'esches soit au moyen de leurres.

     Il a été établi en respectant les phases lunaires portées sur les calendriers. Or n'oublions pas qu'entre le moment où nous voyons effectivement la pleine lune, par exemple, et celui où nous parvient l'onde de marée qui résulte de son attraction, il s'écoule environ deux journées. Nous serons donc obligés, pour conclure, de tenir compte de ce décalage.

    L'étude du graphique ci-contre nous révèle, dans son ensemble, 89 réussites caractéristiques se décomposant ainsi: 22 pour les sept jours de la nouvelle lune, 13 pour le premier quartier, 21 pour la pleine lune et 33 pour le dernier quartier.

    Deux facteurs dominants viennent à première vue, donner raison aux pêcheurs de l'Atlantique. C'est le deuxième jour de la nouvelle lune (7 réussites) et les deuxième et troisième jours de la pleine lune (6 et 8 réussites) qui marquent les maxima atteints. En tenant compte des deux jours de décalage ce seraient donc les jours des plus forts coefficients qui amèneraient les captures les plus importantes.

    Mais le graphique nous apprend aussi que ces journées bénéfiques ne durent que fort peu de temps: un seul jour, le deuxième pour la nouvelle lune et deux jours, les deuxième et troisième pour la pleine lune.

    Ensuite c'est l'effondrement subit de la courbe et une longue période médiocre qui s'étend du troisième jour de la nouvelle lune au premier jour de la pleine lune car nous ne pouvons pas considérer le redressement limité des prises au premier jour du premier quartier comme très significatif. En somme, 3 jours de réussite sur 14 jours de pêche prétendus plus que favorables. C'est maigre !

    Mais là où le graphique est en contradiction flagrante avec tout ce que l'on a pu affirmer jusqu'à nos jours, que les périodes de décroissance des eaux et de morte-eau étaient désastreuses en général, c'est au cours du dernier quartier que j'ai enregistré des prises élevées et régulièrement suivies: 33 réussites pour 7 jours, ce qui n'est pas mal du tout.

    De plus, si nous faisons intervenir les 2 jours de retard, dus au décalage du mouvement des masses liquides, nous constatons que du premier jour du dernier quartier au deuxième jour de la nouvelle lune, la courbe est continuellement haute, sans fléchissement accusé et en 9 jours suivis nous relevons 44 réussites sur 89. Sans commentaires.

    Pour une démonstration convaincante, vraiment, c'en est une. Et, en définitive, c'est lorsque la lune est absente des cieux, la nuit, que les poissons se rapprochent du rivage et y demeurent dans la journée, se faisant ainsi prendre de façon régulièrement suivie.

    C'est pour arriver à ce résultat frappant que j'ai volontairement négligé mes résultats acquis au cours des pêches de nuit.

    Ainsi donc, débutants dans la pêche en mer, vous qui n'avez pas encore le feu sacré pour aller œuvrer dans le noir, oubliez presque tout ce qui a été recommandé par le passé.

    Insistez dans la journée, au bord de l'eau, les deuxième et troisième jours de la pleine lune et surtout au cours de la période qui s'étend du premier jour du dernier quartier au deuxième jour de la nouvelle lune. Vous pouvez aussi persévérer le premier jour du premier quartier mais c'est moins sûr.

    Bien entendu il faudra que ces jours-là la pêche soit possible, car si ce graphique cristallise les réussites obtenues par rapport aux diverses phases de la lune, il ne consigne pas du tout les bredouilles qui ont été accumulées en regard de ces mêmes jours.

Ce ne sont donc là que probabilités et non pas certitudes.

    Parmi les lecteurs il en est qui, comme moi, consignent leurs résultats acquis tout au long de l'année, qu'ils pêchent en eaux douces ou salées.

    Il serait particulièrement intéressant de leur voir établir un graphique semblable et de leur demander de me communiquer leurs résultats précis. Si de nombreux graphiques aboutissaient aux mêmes remarques peut-être pourrait-on arriver à déterminer les manifestations exactes de cette influence lunaire tellement controversée ?

Les notes ci-dessus sont extraites :

  • LES BARS, Pêche modernes et traditionnelles
  • Par Maurice CAUSSEL
  • Éditions du Gué l'Épine, Collection Patrimoine

 

 

Précédente